La G'Newsletter

Saveurs en ligne, Plaisir et Découvertes
Le Goût de l'Excellence

Bienvenue dans le premier club gastronomique européen en ligne,
offrant à ses adhérents des produits et des services de qualité
autour du monde de la Gastronomie et de la Table.

Devenir membre
Suivez nous sur
Accueil > Producteurs > Gobilab

Gobilab

Pourquoi une nouvelle façon de boire de l’eau ?

Pour s’hydrater, schématiquement, il y a le verre à table, la gourde en montagne et les gobelets et bouteilles jetables pour tous les autres besoins : bureau, cinéma, lycée, train, … Ces autres besoins sont tellement nombreux et en croissance que 2 milliards de gobelets sont jetés chaque année et environ 7 kilogrammes de bouteilles par an et par personne dont 20% de petits et moyens formats. Une manne économique aussi importante que les nuisances environnementales générées…

Xavier MOISANT, co-fondateur de Gobilab, avec ses associés se sont interrogés sur l’alternative à apporter à ce gaspillage en estimant que le jetable était une solution d’hier. Ils ont observé les solutions réutilisables existantes en se demandant pourquoi elles n’avaient pas réussi à déloger (autrement qu’à la marge) les gobelets dans les entreprises et les bouteilles dans les sacs de filles. Ils ont identifié 3 raisons :

  • Le design
  • La mobilisation
  • Le réseau
Les gourdes et bouteilles réutilisables sont généralement conçues pour la montagne, le sport, le plein-air. Et ne s’intègrent pas naturellement dans le quotidien, le bureau et la ville. Elles posent de surcroît des problèmes de personnalisation : comment savoir à qui appartient quelle gourde ?

Gobi est né en pensant ces 3 enjeux à la fois. L’innovation réside dans la combinaison du produit et de son éco-système. L’objectif est de susciter un changement de mode de consommation, une nouvelle façon de boire de l’eau.

Gobi veut contribuer à la politique de prévention des déchets, priorité de l’Ademe en application des orientations du Grenelle et de la politique européenne des déchets. Nous souhaitons nous inscrire dans les plans locaux de prévention qu’établissent actuellement les collectivités locales, contribuer aux projets des éco-quartiers et éco-cités et surtout faire naître une communauté d’utilisateurs et un réseau de partenaires le plus vaste et varié possible.

Aujourd’hui, il faut réussir à réduire nos impacts en inventant des solutions créatives et communautaires avant de penser recyclage ou «biodégradable» : changer plutôt que corriger.

Partager la fiche du producteur